2016 SousLaJupe

Un article écrit par

2016 n’a pas été une année si joyeuse que ça, mais pour finir sur un touche positive, et pour se donner un peu d’entrain pour attaquer l’année suivante, on revient sur ce qui nous a touché.e.s dans l’année. Alors, s’il n’y avait qu’un son, qu’un film, qu’une sortie, qu’un événement à retenir, ce serait quoi? Gaëlle, Matthieu, Solène, Pauline et Leslie se sont posé la question. Et toi, tu retiens quoi de 2016?

Pour Gaëlle

Pelada – No Hay

Vu en live à la Station (cf.ci-dessous), ce groupe a juste explosé sur scène, ambiance électrique, sauts joyeux, NO HAY (LA SOLUCION). Mon hymne de 2016, année à problèmes quand même…


Divines

LA claque cinématographique de 2016 ! L’histoire d’une gamine de banlieue qui se cherche et trouve des moyens de subsistances pas très catholiques. Sans tomber dans le cliché c’est émouvant, magnifiquement bien joué, filmé avec brio. On aime d’autant plus lorsqu’on se souvient des mots de la réalisatrice Houda Benyamina à Cannes : “T’AS DU CLITO” !!!


La Station – Gare des mines

Îlot de créativité, de fête, de lives, de bières pas chères, de jolies lumières, de rencontres lunaires : j’ai passé la moitié de l’année à squatter le bitume de la Stass’ avec bonheur,  j’attends depuis l’annonce de son retour (qui se fait attendre).

© Gaëlle Matata

Nuit debout

2016 ce n’est pas que du tout pourri, des attentats, des élections régionales gagnées par la droite, des 49.3, des policiers qui tapent tapent tapent c’est ta façon d’aimer. C’est aussi l’espoir né d’une action collective (presque) tombée dans l’oubli. Cet orchestre magique qui fait résonner la place de la République de tous ses cuivres. La nuit debout moi j’y ai un peu cru, c’est déjà ça.

© Gaëlle Matata

Pour Matthieu

Une Miss S’immisce par Exotica
Que ce soit clair : Xavier Dolan m’horripile terriblement. Mais quand, en allant voir Juste La Fin Du Monde (bof bof), je suis tombé sur cette scène de romance twink sauce 90’ avec la reprise d’Une Miss S’immisce par Exotica en bande sonore, j’avoue, ça a chatouillé chacune des fibres pédés de mon corps et j’ai été tout émustillé (ouais je viens d’inventer ce mot). J’ai un peu honte mais j’y peux rien (il paraît qu’I was born this way).


Le Bois dont les rêves sont faits
Dur de choisir entre toutes les pépites de cette année. J’avais envie de citer l’électrique et sous-estimé Nocturama (merci Bonello d’avoir réalisé un de mes rêves en passant Ultraviolence de Heartsrevolution à plein volume dans une scène de terrorisme adolescent), mais je crois que Le Bois dont les rêves sont faits restera ma plus grosse claque cinématographique de 2016. Si on m’avait dit un jour que je ressortirais aussi ému d’un documentaire de 2h26 sur un parc parisien, je n’y aurais sans doute pas cru. Et pourtant : entre rencontres avec des gays grisonnants en train de cruiser, discussions avec des travailleuses du sexe exerçant dans le bois, témoignages poignants de Cambodgiens ayant fui les Khmers rouges et vestiges de l’université perdue de Vincennes, le documentaire de Claire Simon est un objet filmique aussi unique que bouleversant.

Le PériPate 

La soirée de (presque) clôture du merveilleux Péripate : la musique et la foule endiablées, des recoins propices aux câlins et le sourire complice d’Aladdin (oops), une ambiance de fin du monde.

Pride de Nuit
Quand j’ai emmené mon petit frère à La Pride de Nuit fin juin… Un beau moment d’ivresse revendicative et de militantisme en mifa. Un souvenir lumineux parmi toute cette avalanche de merde.

Pour Pauline

Prettiest Virgin” d’Agar Agar (cracki records)

Une esthétique années 80, une voix lancinante et sensuelle, une ambiance à la fois mélancolique et synthétique. Tout ce que j’aime !

Musique Brute de Mathieu Mastin. Le documentaire suit David, musicien dans le groupe Cheveu, et Antoine, éducateur, réunis sous le nom de BrutPop. Ils organisent des ateliers de musique expérimentale/électronique avec des publics autistes ou en situation de handicap, et c’est bien plus inspirant que les pérégrinations écolos de Mélanie Laurent.

La Villette Sonique 

Malgré la pluie qui a un peu plombé l’ambiance, toujours des valeurs sûres et des découvertes merveilleuses, comme No-Zu, Cavern Of Anti Matter, ou Headwar. Et aussi le concert des Swans au Trabendo en Novembre, tout simplement magistral.

Un événement : j’ai eu 30 ans cette année, et ma foi, je m’en porte plutôt bien.

Pour Solène

« À la claire fontaine » et « La Mère Michel »…Sinon le Hugo LX sur Serving La Mona EP (Mona Musique)

L’aquarium de la Villette avec bébé sinon l’expo Magritte avec la poussette et bébé sinon j’ai accouché en mars 2016 alors pour les sorties, on reviendra l’année prochaine !

On ne peut pas encore emmener bébé au cinoch alors la troisième saison de “Transparent”, bouleversante !


transparent-season-3 par PremiereFR

Un événement? La naissance de ma fille Vanda… un vrai chamboule tout, mais sinon : la campagne de prévention contre le VIH/sida du gouvernement et ses détracteurs !

Pour Leslie

A-WA – Habib Galbi(Yul Trankil Remix)

Il suffit d’écouter pour comprendre que c’est LE morceau susceptible de distiller de la bonne humeur, de la motivation par les matins pluvieux …

Zootopia

J’ai pas trop aimé 2016, du coup je retiens un dessin animé, feel good movie quoi… Parce que je me suis un peu trop sentie comme cette petite lapine a priori sans défense qui veut entrer dans la police (ok, pas pour la police mais bon…) et qui se bat pour surmonter les préjugés et faire ses preuves. Mention spéciale pour les paresseux et surtout surtout le gros tigre glouton à l’accueil du commissariat !

Electro d’bal à la Ferme du Bonheur : Sainte Pélagie (La Klepto & Sapin-Blossom)

Parce que le son était cool, les gens étaient beaux et que c’était une des dernières journées ensoleillées de l’automne. Et aussi parce que lorsque la musique s’est arrêtée à 22h, personne ne voulait rentrer se coucher, et ça, c’est le signe d’une teuf réussie.

© Gaëlle Matata

La Marche des Fiertés, juste après la tuerie d’Orlando, en plein état d’urgence… À la fois parce que j’ai jamais ressenti si fort le besoin de m’engager et un peu aussi parce que je crois que j’ai jamais autant fait la fête de ma vie. Mention spéciale pour la House of Moda à « à la folie » ce soir-là.

© Yagg