DYNASTITS : un collectif lyonnais dédié aux artistes féminines [ITW]

Un article écrit par

Le collectif Dynastits est un collectif de militant.e.s et activistes de la fête qui se sont réunies autour d’une envie commune : mettre en lumière des artistes féminines. Après une première soirée remarquée, organisée en octobre dernier au Sonic à Lyon, elles reviennent le 20 janvier prochain pour leur soirée Be Witch : une programmation all women et un dress code autour de la sorcellerie, ça ne pouvait que nous plaire ! On a voulu en savoir plus.

  • Qu’est-ce que Dynastits, exactement ? Une association, un collectif, un show radio, des soirées ?

C’est tout ça à la fois : une association, un collectif, un show radio, des soirées, un gang de DJs, et un réseau d’amies artistes/musiciennes/plasticiennes/breakeuses de dancefloor !

  • Dynastits est une structure plutôt récente puisqu’elle existe concrètement depuis octobre dernier, vous renouvelez l’expérience en janvier, qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer ?

Chacune aura peut être une réponse un peu différente à apporter selon son vécu, mais le dénominateur commun a très certainement été l’envie de voir exister un projet 100% féminin qui allie à la fois une ambition artistique et une pure dimension festive. Nous étions plein de nanas rassemblant tout un tas de compétences et d’envies. On se connaissait plus ou moins mais à force de se croiser, de danser sur le son des unes et des autres, d’écouter nos émissions…. Il nous a semblé nécessaire de fédérer tous nos savoir-faire. Il y avait également une réelle envie de se lancer dans l’orga de soirées et de brasser de la ressource autour des femmes dans l’art… voilà comment Dynastits est né !

  • Vous mettez en avant les créatrices, performeuses, DJ, musiciennes… C’est important, cette question de la visibilité des femmes, dans la musique notamment ?

C’est primordial car on est encore confronté à une vraie sous-représentation des artistes féminines, ce n’est pas juste une posture mais la réalité. Il suffit de regarder la programmation des festivals ou des salles, ou de citer quelques chiffres qui parlent d’eux-même : 10% de femmes fréquentent les studios de répétition en France, 5% des batteurs sont des femmes, 10% des femmes à la tête de SMAC (Scènes de Musiques Actuelles)… Nous croyons au principe de sororité, que nous mettons en pratique en programmant des artistes femmes sur scène, en travaillant avec d’autres professionnelles (vidéaste, scénographe…), ou tout simplement en relayant via les réseaux sociaux toute l’actualité artistique… Cette démarche s’adresse d’abord aux autres femmes, mais aussi à tous ceux qui pensent que la question du féminisme nous concerne toutes ET tous.

  • Vous avez pris vos quartiers au Sonic à Lyon, et vous organisez votre deuxième soirée. Est-ce que vous prévoyez que les soirées Dynastits deviennent un RDV récurrent et régulier ?

Nous sommes toutes des habituées du Sonic depuis son ouverture. C’était un peu une évidence d’organiser la première soirée là-bas. Nous sommes ravies que Stéphane et Thierry nous aient fait confiance car nous voulions pouvoir installer une régularité des soirées Dynastits et créer un vrai rendez-vous. Et, on s’est toujours dit qu’on n’organiserait que des événements porteurs de sens, en fonction du calendrier des artistes et de notre direction artistique. On veut prendre le temps de faire les choses bien. Parallèlement, on réfléchit à d’autres formats que celui des soirées, que nous pourrions proposer à d’autres lieux.

  • Le dress code pour janvier est plutôt original… Pourquoi avoir choisi ce thème-là ? On peut s’attendre à quoi pour la soirée du 20 janvier ?

Notre jeu : pour chaque soirée, choisir un thème qui fait sens dans l’histoire du féminisme ou qui se joue des clichés sur les femmes. Les sorcières ont une place particulière dans l’imaginaire collectif. Par leurs pouvoirs et leurs connaissances, ces femmes ont fait peur aux hommes qui les ont chassées, bannies, brûlées. Le 20 janvier on rend hommage à ses femmes et on s’empare de ce thème de manière détournée et ludique!

On peut donc s’attendre à tout: des groupes et des djs ensorcelants, un blindtest de l’enfer, un décor et des costumes flippants…

  • Vous nous recommandez quelques morceaux produits par des femmes, pour patienter jusque là ?

-Death Valley Girls, bien sûr ! Disco

 

Angel Olsen – Shut up and kiss me

Princess Nokia – Tomboy (en concert au Marché Gare, à Lyon, le 24 janvier prochain)

On retrouve les Dynastits au Sonic à Lyon, le 20 janvier prochain.

Event Facebook ► www.facebook.com/events/1057011031091457

Leur page ► www.facebook.com/dynastits

 

Leslie

Scribouillarde hyperactive