Pourquoi j’ai hâte de participer à la Queer Week

Un article écrit par

Cet article est le texte d’une chronique diffusée à l’antenne de l’émission Homomicro le 27 février dernier.
 

La Queer Week, c’est quoi ?

La Queer Week est née en mars 2010. A l’origine, la Queer Week est une semaine de réflexion et de débats sur les questions de genres et de sexualités créée par un groupe d’étudiants et d’étudiantes de Science Po. Reprenant la tradition américaine de ces semaines de débats et de festivités, la Queer Week s’est peu à peu développée pour devenir une association dont la gestion est prise en main par une équipe de bénévoles qui se renouvelle chaque année. C’est désormais une plateforme importante qui porte les voix d’universitaires, d’artistes et d’activistes sur ces thématiques essentielles. Cette année, la Queer Week a lieu du 10 au 18 mars. La programmation très dense est organisée de façon thématique et traite de sujets très divers. Il y sera question, par exemple, des mémoires des luttes LGBTI en France, de corps, de santé sexuelle et de plaisir, de kink, de militantisme queer décolonial et anticapitaliste et même de sorcellerie.

Pourquoi est-ce si important de participer à toute une semaine de réflexion sur le genre et les sexualités ?

C’est important à plusieurs titres. Je dirais peut-être pour commencer qu’il est essentiel de se mobiliser pour soutenir les initiatives queer : l’activisme et la fête sont les deux axes autour desquels se sont construites nos communautés queer et LGBT. Ça tombe bien, la Queer Week est un RDV à la fois militant et festif. On a pu d’ailleurs avoir un aperçu de ce qui nous attend avec les deux soirées de soutien qui ont eu lieu à la Mutinerie et aux Souffleurs ces dernières semaines. Il faut soutenir la Queer Week, parce qu’il est important de s’emparer de ces espaces de réflexion et de débats que des militants et militantes créent pour nous.

L’objectif de la Queer Week est d’ouvrir une discussion et d’offrir les moyens de répondre à ces questions cruciales, de nous demander ensemble : qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? En somme, il s’agit de réfléchir à ce qui fait nos communautés. Les questions de genre et de sexualités sont loin d’être anecdotiques dans une société où un candidat à l’élection présidentielle peut sans s’émouvoir expliquer que les humiliés de 2012 sont les militants et militantes de la Manif pour Tous, ces gens qui se permettaient de juger nos amours, notre sexualité, nos familles.

Plus que jamais, il est important d’occuper ces espaces qui nous offrent une chance inespérée de tisser du lien entre nous, de faire vraiment « communauté ».

Quelques RDV à ne surtout pas manquer ?

Evidemment, ce n’est que mon avis très personnel et vous pourrez retrouver tout le programme de la Queer Week sur le site internet queerweek.com ou sur les réseaux sociaux.

Mais en ce qui me concerne, vous me croiserez très certainement lors de la journée d’ouverture qui aura lieu à Science Po et sera consacrée aux mémoires des luttes LGBT. Savoir d’où l’on vient, c’est aussi être capable de se choisir un chemin, une voie, et se doter des bagages nécessaires pour construire nos luttes d’aujourd’hui.

Je participerai également à la Rando Queer du 12 mars pour partir à la découverte des lieux queer et friendly de la Capitale. Le 14 mars, j’irai voir le documentaire « Yes we fuck ! », prix du meilleur documentaire au Porn Film Festival de Berlin en 2015 et qui aborde la question de la sexualité des personnes avec diversité fonctionnelle, personnes ditEs « handicapéEs ». Toujours concernant les sexualités, j’ai hâte de participer à la conférence sur le post porn le 17 mars.

Je ne manquerai pour rien au monde le Sabbat Queer qui aura lieu le 15 mars : au programme, confection de sortilèges queer, projections de films ( attention ! pour un public averti!) et réflexions autour de la figure de la sorcière et sa réappropriation culturelle et politique.

Evidemment – comme vous l’aurez compris, j’aime faire la fête – vous me trouverez sur les dancefloors des soirées d’ouverture ET de clôture. Le 10 mars, dans un lieu que j’adore, la Colonie, vers Gare du Nord, et le 18 mars, dans un autre club que j’aime beaucoup, à la Chaufferie de la Machine du Moulin Rouge.

Le site de la Queer Week : http://queerweek.com./

Le podcast de cette chronique : www.homomicro.net

Leslie

Scribouillarde hyperactive