Le Guide du Chômeur Actif – Episode 4 / Spécial Eté à Paris

Un article écrit par

 

Après trois épisodes passés à t’avoir donné des tuyaux pour joindre l’utile à l’agréable quand on est chômeur, si tu n’as toujours pas de travail, je te conseillerais maintenant de te la couler douce, point barre. C’est l’été, les services RH des entreprises tournent au ralenti, ou se consacrent au recrutement des nouveaux stagiaires de la rentrée. Et puis c’est la crise, 23% des jeunes Français sont chômeurs, ça te donne une excuse suffisamment valable pour profiter un peu. Ton indemnisation chômage ne te donnera sûrement pas la possibilité de partir en vacances, mais qu’importe, la vie de chômeur l’été à Paris, elle vaut la peine d’être vécue !

nn

Pour ce dernier épisode du Guide du chômeur actif, je vais t’apprendre comment exploiter la dolce vita du demandeur d’emploi. Avant toute chose, récupère ta « carte de demandeur d’emploi », qui ressemble à tout sauf à une carte, imprime ta dernière actualisation, ce seront les sésames qui t’ouvriront les portes de la gratuité. A la fin de l’été, tu seras tellement épanoui, bien roulé, et bronzé, que tu ressembleras à un rentier de la jet-set. Et surtout, tu seras on ne peut plus paré pour affronter les entretiens de la rentrée (et suffisamment bogoss pour draguer tes recruteurs).

 

Dans le but inavoué de sauver les chômeurs de la dépression, l’État met à leur disposition de nombreux avantages, qui ne sont pas forcément connus par beaucoup de monde. Pour être un bon chômeur actif, il faut être aussi malin que ta grand tante qui découpait scrupuleusement les bons de réduction sur les paquets de Yaourt. Les sites d‘associations de chômeurs radins regorgent de bons plans, et comme on est sympas, on les a regroupés pour toi !

cc

bb

Te sculpter un corps de rêve

Toutes les piscines municipales de Paris sont gratuites pour les demandeurs d’emploi. Tu n’as donc aucune excuse de ne pas faire de sport, d’autant plus que toi, tu as la chance de pouvoir éviter les heures de pointe et les bleus sur le corps à force de te prendre des coups de pieds par les autres nageurs. Et comme tu as vraiment le temps, rien ne t’empêche de passer l’après-midi à bronzer sur la terrasse de la piscine Joséphine Baker, ou celle d‘Emile Anthoine, avec une vue directe sur la Tour Eiffel. Pas mal…

Autres possibilités gratuites : danse à Paris plage, aviron et pédalo au bassin de la Villette, ou sports en salle gratuits tout l’été avec la mairie de Paris.

bb

 

dd

Développer ta sensibilité artistique

Tu le sais sûrement aussi, les musées publics sont gratuits pour les chômeurs, et la grande majorité des musées privées ou des expositions offrent un tarif très avantageux. Non seulement tu ne dépenseras quasiment rien, mais tu assouviras aussi le rêve de beaucoup : déambuler seul dans les allées du Louvre ou du musée d’Orsay. Passer trente minutes à contempler tranquillement les fesses de la Danaïde de Rodin ou à embrasser en cachette derrière un poteau ta target chômeur/chômeuse, ça n’a pas de prix. Le seul bémol, c’est que tu risques de ne tomber que sur des touristes, ou pire, des personnes âgées pendant tes visites. Au lieu de les fuir, je te conseillerais au contraire de les suivre à la trace, et de ne pas perdre une miette de leurs commentaires avertis sur les oeuvres. Entre prosaïsme premier degré et érudition feinte, ces bribes de conversations peuvent être un délice.

Côté cinéma, ta carte de demandeur d’emploi ne t’apportera pas de réductions mirobolantes. Je te conseillerais plutôt les festivals de cinéma en plein air, gratuits. Le Cinéma au Clair de Lune, par exemple, organise des séances dans différents lieux historiques de Paris (Trocadéro, Sacré Coeur, Place des Vosges…). On aime beaucoup aussi le festival convivial Silhouette, qui diffusera du 1er au 9 septembre ses courts métrages au coeur des Buttes Chaumont. Et enfin, notre préféré, le cinéma en plein air à la Villette s’organise cet été autour du thème « Les Métamorphoses ». Un programme alléchant avec des films qu’on aime bien : Virgin Suicides, Gran Torino, Good Bye Lenin, ou encore La Science des Rêves.

bb

 

 

Squatter les vernissages

Une autre possibilité, plus sociable, de te cultiver pour pas un rond : les vernissages. Et si tu t’y prends bien, tu pourras même boire et manger gratuitement. Ok, on appelle ça un pique assiette. Mais sérieusement, à part les artistes et leur famille, quelques collectionneurs blasés, et une poignée étudiants, qui a le temps de venir aux vernissages ?

A moins d’être amateur des études sociologiques, préfère les openings de galeries de quartier aux vernissages trop haut de gamme, tu risquerais de te sentir un peu mal à l’aise. Par contre, pas de soucis côté look, avec ta barbe pas rasée et tes vêtements fripés de saut du lit, tu passeras sans problème pour un artiste, mi-bohême, mi-hipster. Grosse cadence de vernissages d’expo prévue pour la rentrée !

 

Parce que toi aussi, tu as le droit de poster des photos de tes pieds!

 

Partir en voyage

Évidemment, personne ne communique dessus, mais c’est un fait : grâce au « billet de congé annuel », quasiment tout le monde peut bénéficier une fois par an d’une réduction de 25% minimum sur un aller-retour en train. Ce truc doit être un vrai casse-tête administratif, mais ça peut valoir le coup si tu es vraiment dans la dèche et que tu as envie de profiter autrement que sur Instagram de la superbe baraque squattée par tes potes en province.

Et si la tentation exotique est trop forte, de nombreux organismes sont à ta disposition pour partir à l’étranger en dépensant le minimum d’argent. Workaway par exemple affiche des annonces d’hôtes qui cherchent des volontaires pour travailler sur divers projets (bricolage ou construction, enseignement, accompagnement de touristes, etc.) 5h/jour, 5j/semaine, contre hébergement et nourriture. C’est un peu le même principe avec le Service Volontaire International, sauf que dans le dernier cas tu te retrouves forcément avec pleins de gens.

 

Faire la fête tous les soirs

Une des plus grandes chances du chômeur, c’est de ne pas avoir d’horaires à respecter. Et c’est aussi ce qui te manquera le plus quand ton réveil sonnera chaque jour à 8h06 pour monter tous les matins dans le même métro de 8h47, et accomplir tes 10H de bureau. Alors s’il te plait, fais honneur à ta situation privilégiée et profite pour tous les autres de la fête à Paris, celle du mois d’août où les clubs ne sont pas blindés, mais où la chaleur est assez moite pour rendre les corps des garçons et des filles luisants et glissants… Mais je m’égare.

Cet été, Paris regorge de plans (plus ou moins bons) gratuits pour sortir, le plus souvent en plein air. Les quais de Seine à l’Est parisien seront ainsi ton QG de l’été, avec bien entendu le Wanderlust, qu’on ne présente plus, du côté du quai d’Austerlitz. Et puisque tu es chômeur, je te conseille vivement de venir tôt, toute la hype parisienne s’y presse, plus ou moins sympa selon les soirées. Et attention au parapet… Un peu plus loin vers la BNF, le Quai François Mauriac s’est refait une beauté, et se donne des airs de vacances. Les terrasses colorées et les restaus en plein air ont envahi les quais, avec des « apéromixes » gratuits et toujours agréables du côté du Batofar et du Petit Bain, ce sont nos préférés. D’ailleurs réservez votre jeudi 30 août, les DJs de Souslajupe.net squattent la terrasse du Batofar pour prolonger l’été, sur fond d’électro-house !

De l’autre côté de la Seine, au 5, port de la rapée, le Café Barge s’est donné pour ambition de consoler les parisiens sans vacances en les faisant danser, avec bien sûr les Sundae, mais aussi de nouveaux événements gratuits, les soirs de semaines, comme Les Sales Bêtes, « club éphémère » chaque mercredi jusqu’à fin août.

kk

Niveau clubbing, on fera une résidence de chômeurs chez Moune. Moins de monde l’été, physio plus relax, et gens plus cools. Et surtout, une programmation unique, tout au long du mois d’août, avec le Festival Maxi Best Of. Du mercredi au samedi, 60 artistes phares du moments se produiront, toujours gratuitement : Chateau Marmont, Etienne Jaumet, Remain, DC Salas,  Demon, , Nick V, Jean Nipon, Crame, ou encore nos podcasteuse Diis Paradiis.

Et pour davantage de dépaysement, on tente l’aventure en franchissant le périph ! A 10 minutes de RER de Gare du Nord, rendez-vous au 6B, à Saint Denis, qui organise jusqu’au 9 septembre le festival La Fabrique à rêves. Une plage de sable, de la pelouse, des petites cabanes en bois avec le la bière pas chère, sous les arbres et le long du canal. Et autant d’événements pour faire travailler et le corps et l’esprit, avec au programme débats, concerts, performances, beach-volley, barbecue, installations et bals. Si tu as raté le Meet-ing open air du samedi 11, rattrape-toi sans tarder sur les prochains événements, notamment le « Bouquet Final » de clôture le samedi 8 septembre. Je te garantie un aller-retour berlinois d’une dizaine d’heures, pour le prix d’un ticket de RER.

 

jj

 

Bref, l’été à Paris, quand on est chômeur, c’est vraiment cool. La tête de tes potes précaires coincés dans leurs bureaux vides et non climatisés, pendant que tu te fais bronzer chaque aprèm aux Buttes Chaumont, devrait constituer à elle seule une source de satisfaction. Profites-en le plus possible, dans deux semaines, pendant que les plus jeunes enfileront leur cartable et ouvriront leur carnet de correspondance, tu te glisseras de nouveau dans ton tailleur ou ton costume pour aller distribuer des CVs et faire les yeux doux aux recruteurs…

 

Retrouvez les épisodes du Guide du chômeur actif #1 ; #2 et #3.

 

Merci à John pour le gif 🙂