Lëster, « émo électro »

Un article écrit par

Lëster (Ariel de son petit nom), est un garçon de la génération DIY. DJ, organisateur des soirées Coucou! avec Renaud de la House of Moda, producteur de musique électronique, c’est un touche à tout qui cultive aussi les grands-écarts. Capable de mixer pop mainstream et musique concrète, ses productions oscillent aussi entre la reprise d’Alizée et pop-électronica, flirtant avec l’ambiant. Issu d’une formation en art, il s’occupe aussi de la réalisation de tous ses visuels, notamment son dernier clip « disappeared », tout juste sorti et conçu à partir de Faceswap.

A l’occasion de son concert vendredi soir à L’Espace B, pour la soirée festive « Berbère », nous avons voulu vous le présenter plus en détail !

 

6599_623125907830375_80576756335262891_n

 

Salut Ariel ! Pour commencer, peux-tu nous raconter un peu ton parcours ? Quand et comment as-tu débuté la musique ?

J’ai commencé la musique avec l’ordinateur familial quand j’étais petit. Je passais mes journées sur Garageband. C’était un assez désastreux mais ça a fini par prendre forme, et il y a 5 ans, j’ai concrétisé mon projet en postant mes premières songs sous le nom de Lëster.

 

Tu qualifies ta musique d’« emo électro », ça veut dire que tu as écouté My Chemical Romance et Blink 182, ou simplement que tu es un garçon sensible ?

J’ai toujours été dans le délire emo. Dans les années 2000 j’étais à fond sur le rock californien. Et j’ai vite eu des mitaines rayées noir et violet. Maintenant, je continue à qualifier ma musique de Emo parceque je traite mes songs comme mon journal intime.

 

Le kitsch et les références 2.0 semblent occuper une grand place dans ton esthétique, les fonds d’écrans dauphin en dégradé c’est ton truc ?

Ma période dauphins est récente mais déjà finie. Maintenant je suis plus dans le « internet-retro-futuriste-nostalgie-2000 + Nouvelles technologies (genre faceswap) »

 

Tu viens de sortir un nouveau clip, très cool, peux-tu nous en dire plus sur sa conception et réalisation ?

J’ai eu l’idée de ce clip après une visite au musée où on s’est faceswapé avec une pote devant des tableaux. Ensuite, j’ai utilisé le concept à fond, pendant je pense 2 semaines où je n’ai fait que ça.

 –

Tu organises aussi les soirées Coucou! avec Renaud, comment décrirais-tu le projet ?

La Coucou! a commencé il y a 2 ans. À la base c’était juste pour s’amuser et pour me faire jouer, car c’est là que j’ai fait mon premier concert. Je pense que c’est maintenant très différent, car on commence à avoir un style de musique assez défini.

 

Mélanger musiques populaires (comme ta reprise de Moi Lolita d’Alizée) et morceaux électro plus underground dans tes mixes, c’est important pour toi ? Qu’est ce que tu écoutes le plus comme musique ?

J’écoute vraiment de tout, du coup j’ai beaucoup d’influences. J’aime bien mélanger les styles et même m’en attribuer d’autres.

 –

 

Tu reviens d’un séjour en Argentine où tu as joué pour un festival de ciné LGBT, comment ça s’est passé ?

C’était fou ! Les Argentins sont hyper sympas et remplis d’amour. C’était incroyable d’avoir un aussi gros publique et aussi réceptif. Et Buenos Aires est vraiment une ville superbe.

 

Tu t’apprêtes à jouer en live à L’Espace B demain, que peux-tu en dire pour donner envie aux gens de venir t’écouter ?

Ca va être une super soirée ! Je prépare des chansons que je n’ai encore jamais joué en live. En plus, j’ai écouté les deux autres groupes et j’aime beaucoup. Alors il faut venir.

 

Des projets à venir sinon ?

Je sors un album (Fallen) en indé début décembre. On y sent bien plus mes inspirations rock et trip hop des années 90/2000.

 

Enfin, la question classique, quel son conseillerais-tu d’écouter sous la jupe ?

Time – Sevdaliza

 

 

 

LËSTER 

Page Facebook

Page Soundcloud

 

 

La Berbère #3 w/ Lëster, Amarillo, Mosca Muerta (I’ve Seen the future)

Couscous gratuit et prix libre

Vendredi 25/11 de 19H à 2H

14908259_10153883695966456_2775527287572276615_n