Où les coeurs s’éprennent

Un article écrit par

Là “Où les coeurs s’éprennent”, c’est au Théâtre de la Bastille, où se mêlent deux parcours sentimentaux dans un diptyque adapté de deux films de Rohmer. Thomas Quillardet met en scène cette adaptation de Les Nuits de Pleine Lune et du Rayon vert dans une pièce magistralement porté par une troupe de comédien.ne.s toujours justes, souvent émouvants, parfois amusants, voire littéralement à mourir de rire.


Deux scénarios se répondent. Au centre de chaque histoire : une figure féminine. Anne-Laure Tondu incarne une femme en couple qui cherche ailleurs son idéal, dans la solitude notamment, Marie Rémond, quant à elle, joue une femme seule et cherche son idéal amoureux. Le titre emprunté à Arthur Rimbaud est subtilement choisi, les deux femmes et la galerie de personnages qui oscillent autour d’elles semblent attendre “que le temps vienne où les coeurs s’éprennent”, se déprennent, quand ils ne se méprennent pas. Le rythme est envolé, l’ensemble très juste sans jamais plonger dans le cliché des relations amoureuses. On rit beaucoup, tant on se reconnaît parfois dans certaines situations, quotidiennes, banales, habituelles.

 

 

On admire aussi la subtilité de la mise en scène, qui donne l’air d’être faite de trois fois rien mais des petits riens qui marchent, qui font sourire, qui dénotent beaucoup de finesse. On a aimé, le lit, la mer et le sable, le port normand et bien d’autres choses. Beaucoup d’ingéniosité et de talents, en somme, dans cette invitation à ausculter les transports amoureux.

 

 

INFOS PRATIQUES

Jusqu’au 19 janvier 2017 au Théâtre de la Bastille

Tarif réduit-on-vous-aime grâce au mot de passe « Sous La Jupe » (14€ au lieu de 24 €)
http://www.theatre-bastille.com/

Leslie

Scribouillarde hyperactive